Histoire

Tracé en cours sur une pierre naturelle pour gravure
Tracé en cours sur une pierre naturelle pour gravure

Je suis graveur sur pierre dans les Landes. Rêveur et passionné, je suis à la tête de mon entreprise depuis maintenant six ans.

Etant l’aîné d’une grande fratrie de cinq, j’ai toujours eu un réel sens du devoir : ce dernier m’a conduit à persévérer dans une voie scolaire généraliste jusqu’à l’enseignement supérieur, mais soyons honnêtes, sans franc succès.

Mon parcours professionnel a été par la suite éclectique, jalonné de remises en question, sans réponses. Mais j’ai tout de même appris une chose : ce que je ne voulais pas dans la vie ! Ce qui est, à mon sens aussi important que de savoir ce que l’on souhaite.

Ne dit-on pas que l’on apprend de ses erreurs ? 

Mon changement de vie, ma révolution.

Le philosophe grec antique Pindare écrivait : « deviens ce que tu es ». La volonté de le devenir m’est alors apparue ; j’étais au sommet du mal-être professionnel. Le métronome de ma vie ne me convenait pas ; d’ailleurs, métronome doit-il y avoir ? 

Il y a certains signaux qu’il faut savoir écouter. J’ai donc eu le bonheur de me faire licencier de mon poste de conseiller funéraire. J’étais hors de moi, au sens propre, hors de ma zone de confort. Ce que mes proches ont appelé pour moi un « déclic », je l’ai vécu comme un bouleversement, une véritable révolution intérieure.

Il me fallait un but dans la vie, un fil conducteur, une raison puissante de me lever le matin. Oui mais laquelle ? Ce poste de conseiller funéraire m’avait montré la voie : graveur sur pierre. Cet individu souvent un peu bourru mais finalement sympathique, passant étrangement ses journées dans les cimetières loin de l’agitation, et, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, prêt à rendre un dernier hommage.

Je décidai que ma vie devait changer aujourd’hui ! Nous vivions dans le ressac permanent de la région parisienne. Étrangement, ma femme n’a pas été plus surprise que cela, lorsque je lui annonçai : « chérie, je pars quelques semaines à Fougères en Bretagne chez un sculpteur et tailleur de pierre. On se verra le week-end, ne t’inquiète pas. » Fille d’artiste, peut-être savait-elle déjà que j’étais voué à une autre vie.

Je suis arrivé en octobre ; la brume bretonne colle à la peau, le soleil se fait discret. Mon formateur avait choisi un lieu tout à fait anecdotique pour son atelier : une ancienne chapelle dont il avait conservé tout le charme et la pureté. Sans avoir été touché par la grâce, j’eus néanmoins une révélation : cette poussière de pierre qui vole, qui se faufile partout jusque dans l’âme, cette lumière à travers les vitraux qui vient danser sur les pierres.

À peine rentré en île-de-France, je me rendis à la Chambre des Métiers pour obtenir le sésame de ma nouvelle vie : mon numéro SIRET. Ma principale activité fut d’abord le funéraire (inscriptions d’épitaphes sur les sépultures). La rigueur insoupçonnée du travail de la typographie et du lettrage m’a permit d’amadouer la matière, d’assurer mes gestes, de plier mon corps aux exigences de la pierre.

La première année fût la plus éprouvante de ma vie. Création d’entreprise, travail en extérieur par tous les temps, apprentissage du métier, gestion de la clientèle professionnelle, réactivité. Mais la passion était là, le plaisir par dessus tout ! 

Nous avons pris rapidement la décision de quitter Paris pour nous installer proche de la nature dans le Sud-Ouest, dans un premier temps en Gironde. Nous étions libres comme l’air ! Quel sentiment extraordinaire ! Puis les signaux, encore eux : j’eus alors quelques demandes de gravures de tracés géométriques. J’ai toujours été fasciné par les mathématiques, mon parcours scolaire en témoigne d’ailleurs. Mais je fus littéralement aspiré et inspiré par cette forme de gravure. C’est hypnotique… plus rien n’existe autour, pas même la pinède autour de mon atelier, pas même le temps. Pour parfaire le tableau, notre fils est né en 2016.

Et aujourd’hui…

Nous sommes installés depuis 2017 dans une grande et ancienne bâtisse. Cette grange du XIIIe siècle m’a instantanément fasciné : je m’imaginai tout ce que les murs pouvaient me raconter, s’ils pouvaient parler. L’énergie des lieux transpire dans mes pierres. 

Rencontrant sur mon parcours professionnel sophrologues, thérapeutes et énergéticiens soutenant mon travail artisanal, je pris la résolution de consacrer une très grande part de mon activité à la géométrie. Je pense aujourd’hui toucher mon but du bout des doigts. Travailler passionnément, et partager cette passion. La pierre est vectrice d’émotions. Mes gravures résonnent et raisonnent en moi, m’apportant un équilibre certain en alliant vibrations positives et esthétisme pur.

Ouvrez grand vos yeux et vous verrez. Vous constaterez que la géométrie est omniprésente. La nature est une incroyable source d’inspiration. La pierre est là, sous nos pieds, depuis des millions d’années. Mon travail est un échange entre la matière et ma propre énergie, mais il manque une pierre à l’édifice : quelqu’un pour recevoir cette vitalité.

l'atelier en chiffres

À l’origine, il y a une idée. Puis un besoin.

Celui d’avoir une gravure unique, de haute qualité, qui dure toute une vie…Et bien plus encore.

concepteur
+
années d'expérience
%
accompagnement
+
travaux de gravure